AGNUS DEI

Le polyptyque et l’autel de l’AGNUS DEI ont été installés dans la chapelle de l’église Sainte Anne en 2014 (le polyptyque a été achevé en 2013, l’autel, conçu pour le fauteuil roulant du Père Franck Hamel, a été achevé durant l’été 2014), l’ambon, le tabernacle et la console sur laquelle est posée la sculpture du Père Michel Quoist (Vierge à l’enfant) ont été achevés et installés en septembre 2015. Ils sont l’œuvre de l’artiste Thierry Heynen.

 

 

001

 

 

 

 

LE THÈME

 

Peu présent dans la peinture religieuse comme thème central, le thème de l’agneau de Dieu est surtout présent dans le retable de l’Agneau mystique, peint par Hubert et Jan Van Eyck. Achevé en 1432, ce polyptyque extraordinaire est présent dans la cathédrale Saint Bavon à Gand (Belgique).

agneau mystique

détail de l’Agneau mystique

 

 

LA COMPOSITION

 

Le polyptyque, composé de dix peintures, est disposé en forme de croix. Cette croix est rayonnante avec un ensemble de cercles directement peints sur le mur, l’auréolant, et ayant pour centre la représentation du calice. L’ensemble fonctionne comme une marelle enfantine, allant de la Terre, en bas, vers le Ciel, en haut.

 •

feuilles

 

 

L’AGNEAU

 

Au sommet de la croix, l’AGNEAU est peint sur fond blanc au centre d’une grande auréole qui représente également l’élévation de l’eucharistie. Le disque jaune jouant ainsi le rôle de l’hostie présentée par le célébrant.

agneauter

 

 

LA TRINITÉ

 

Sous l’AGNEAU, trois panneaux de même taille et de trois couleurs : rouge, jaune et bleu. Ces trois couleurs sont les couleurs primaires avec lesquelles on peut fabriquer toutes les autres couleurs, couleurs donc de base pour toute création d’image.

trinitébis

Le rouge, sang de l’AGNEAU, symbolise le Fils. Il est placé à la droite (et non à droite) du panneau central. Au centre, le jaune, lumineux, symbolise le Père. Il est à noter que dans le panneau du haut, l’agneau baigne dans un halo de lumière qui le positionne dans la gloire du Père. Dans ce panneau central, le jaune apparaît sous forme d’un motif géométrique que l’on retrouvera sur l’autel et sur sa représentation. Il est composé de carrés divisés de triangles en forme de sabliers et parfois de cercles. Ce motif symbolise le temps, le temps de l’histoire, par opposition à l’éternité qui est hors temps, et l’eucharistie, le repas physique qui participe à la communion avec Dieu. Devant le panneau jaune, se détache un calice rouge, le sacrifice du Fils offert aux hommes par le Père. Un vernis brillant dessine une croix sur le panneau. À droite, le bleu est la représentation de l’Esprit Saint. Une sorte de forme de flèche descendant peut s’apercevoir dans ce bleu, marquant l’action de l’Esprit du Ciel vers la Terre des hommes.

 

 

L’AUTEL ET LE JARDIN

 

Le panneau central représente au premier plan l’autel et, en arrière plan, un jardin. Le jardin derrière l’autel évoque le jardin en Éden. Ce jardin où se trouvait l’arbre de la connaissance du bonheur et du malheur. Cet arbre, souvent représenté par un pommier (aucun pommier n’est mentionné dans le texte biblique) est ici représenté par un figuier (ce jardin est situé en Orient). La figue devient ainsi ici la représentation du fruit défendu. Allusion donc à Adam en arrière-plan de l’autel de l’AGNEAU, du nouvel Adam. La partie supérieure et horizontale de l’autel reprend le motif mentionné plus haut, il s’agit d’un dessin proche d’un dallage comme celui sur lequel le Fils sera présenté par Pilate (Jean 19/13, Gabbatha : «dallage en mosaïque»). Ce motif est ici celui d’un linge d’autel. Il est bordé d’une frise de spirales simples. La façade de l’autel, rouge, reprend les mots AGNUS DEI sous une frise reprise du pavement de l’église Sainte Anne. Les feuilles ont cependant été légèrement transformées pour représenter des feuilles de figues stylisées, feuilles trifoliolées, allusion à la trinité.

autelbis

 

 

LES MAINS ET LES PIEDS TRANSPERCÉS

 

À gauche et à droite du panneau de l’AGNEAU et des trois panneaux de la Sainte Trinité, sont représentés les pieds et les mains.

mainsbis

piedsbis

Les pieds sont à gauche, du côté des pattes postérieures de l’AGNEAU. Les mains sont à droite, du côté de ses pattes antérieures. Mains et pieds sont posés sur le motif de l’autel, comme posés en sacrifice sur l’autel et éclairés par le centre de la croix.

 

 

LE CHEMIN DE COMMUNION

 

Partie inférieure du polyptyque, le chemin de communion reprend le motif du pavement de l’église Sainte Anne mais en inversé (ce qui est clair devient sombre et vice-versa). Le croyant suit ce chemin pavé pour aller communier. Ici, il est le point de départ qui permet d’aller également vers l’autel puis vers les autres panneaux.

sol

 

 

L’AUTEL

 

Placé devant le polyptyque, on retrouve sur l’autel des parties représentées dans le panneau central : le linge d’autel et son motif, les mots AGNUS DEI et la frise de feuilles de figuiers.

autel agnus

Il est, en fait, composé de trois parties : la table (partie la plus grande), l’avancée (devant la table) et les marches du sanctuaire (devant, au sol). C’est à la fois un véritable autel peint et une représentation d’autel (au même titre que le panneau central au mur). Ce jeu de mise en abyme participe à une réflexion sur le parallèle entre les réalités terrestres et les réalités célestes.

 

 

LE JARDIN TERRESTRE

 

Sur les faces de l’avancée et de la table de l’autel, est représenté un jardin. Ce jardin terrestre est composé de figuiers sans figue (allusion à Marc 11/12 à 11/14 et Luc 13/6 à 13/9). Une lumière venue d’en haut l’éclaire et donne une espérance.

• 

feuillage

 

 

LA TABLE

 

La table est couverte d’un linge d’autel avec le motif habituel. Ce linge retombe de part et d’autre de la table. Sur le pan de gauche, est représenté l’alpha majuscule, sur celui de droite, l’oméga majuscule (Apocalypse 1/8).

• 

alphabis

omega

Sur le dessus de la table, une colombe entourée de cercles identiques à ceux du mur, représentation de l’Esprit Saint, vole au-dessus du jardin terrestre en direction des fidèles.

• 

colombe

 

LES MARCHES DU SANCTUAIRE

 

On retrouve ici le motif du chemin de communion. Seule la frise est légèrement différente (feuilles de figuiers stylisées) et reprend la frise au-dessus d’AGNUS DEI.

sanctuaire

 

L’AMBON

 

L’ambon a été dessiné avec une base cruciforme. Sur chacun des quatre côtés, sommets de la croix de la base, est peinte la prière de l’Agnus Dei. Le plateau de l’ambon représente les deux mains ouvertes du Christ prêtes à « porter » la parole ou, plus concrètement, ici le lectionnaire ou la Bible.

ambon

mains ambon

 

 

LE TABERNACLE

 

La tabernacle reprend la même structure que l’ambon mais coupée dans sa profondeur. Il a été construit pour accueillir un tabernacle pré-éxistant composé de la porte en métal et d’un coffret en bois qui ont été incorporés à l’actuel tabernacle.

tabernacle2

 

 

LA CONSOLE

 

La console, comme l’ambon, conçue sur une base cruciforme, supporte une statue en bois d’une Vierge à l’enfant sculptée par le Père Michel Quoist. La Vierge était déjà présente dans la chapelle et n’a pas été déplacée.

 

 

console2

 

 

LA BÉNÉDICTION

 

Mardi 8 septembre 2015, à l’issue de la messe de la Nativité et des 130 ans de l’église Ste Anne, les différents éléments de la chapelle ont été bénis par le Père Marcel Maurin en présence des Pères Franck Hamel, Pierre Monclair et Mathieu N’Gombo.

B1B2B3B4B5B6

.

Église Sainte Anne – Paroisse Saint Yves de la mer -, 48, rue Raspail, 76600 Le Havre.

.

DÉCOUVRIR D’AUTRES ŒUVRES DE THIERRY HEYNEN :

.

CIRCUS MUNDI

.

MARIE-CLAUDE

  • Catégories

 

Dessin de Nuit |
Dawypaint |
Léa Magnier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Photomanie
| Yeshacquard
| Cocomangui